Carolus-Duran_-_Le_Baiser

Nouvelle de Théophile Gautier (1h15). Vous pouvez écouter cette nouvelle en ligne ou la télécharger à l'adresse suivante :

La morte amoureuse de Théophile Gautier

Le jour de son ordination, un prêtre tombe amoureux de Clarimonde, qui fait partie de l'assistance. Peu de temps après, il est appelé au chevet d'une mourante, et il reconnaît celle qu'il aime. Il lui donne un baiser. Dès lors, il va vivre deux vies, l'une consciente, l'autre inconsciente : prêtre le jour, amant d'une courtisane la nuit... Mais où est la réalité, où est l'illusion ? Et qui est Clarimonde ? Une simple jeune femme amoureuse ? Satan venu sur terre pour le détourner de Dieu ? Une femme vampire se nourrissant de son sang ? Ou peut-être tout cela à la fois...

"À dater de cette nuit, ma nature s’est en quelque sorte dédoublée, et il y eut en moi deux hommes dont l’un ne connaissait pas l’autre. Tantôt je me croyais un prêtre qui rêvait chaque soir qu’il était gentilhomme, tantôt un gentilhomme qui rêvait qu’il était prêtre. Je ne pouvais plus distinguer le songe de la veille, et je ne savais pas où commençait la réalité et où finissait l’illusion. Le jeune seigneur fat et libertin se raillait du prêtre, le prêtre détestait les dissolutions du jeune seigneur. Deux spirales enchevêtrées l’une dans l’autre et confondues sans se toucher jamais représentent très bien cette vie bicéphale qui fut la mienne. Malgré l’étrangeté de cette position, je ne crois pas avoir un seul instant touché à la folie. J’ai toujours conservé très nettes les perceptions de mes deux existences. Seulement, il y avait un fait absurde que je ne pouvais m’expliquer : c’est que le sentiment du même moi existât dans deux hommes si différents".

Cette nouvelle doit beaucoup à la littérature noire de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle : Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, Le Moine de Matthew Gregory Lewis, et Les Elixirs du diable d’Hoffmann. Elle emprunte aussi, pour le thème du vampirisme, au Vampire de Polidori (repris par plusieurs auteurs français), au "Vampirisme" d’Hoffmann et à "La Fiancée de Corinthe" de Goethe.

Texte numérisé : Wikisource

 

Bonne écoute !

Leirisanne